Actu récente

 

Concerts confinés ou "post confinement"

11 Octobre 2020 : Concert anniversaire au Théâtre Comédie Nation (Paris) : Ambos, Salsa con carne, DIY, Eclipse de son, Se hace camino, Erat Phonos Tango (création), Ton doigt sur le tambour

 

20 mars 2021 : Concert anniversaire à Perpignan Festival Prospectives XXII : Après une lecture de..., Deux ou trois choses d'elle, Eclipse de sons, Thaâl, Se hace camino

 

30 mai 2021 : TCP 17 pour mandoline, guitare et harpe par Le trio Polycordes. Lyon (Rencontres contemporaines)

 

Septembre 2021 : Miroirs de peaux pour deux percussions, Biennale de Zagreb Duo INKexperiment

 

Octobre 2021 : Paraphrase sur Guernica de Paul Dessau, Charlie, opéra de poche par l'ensemble K. Japon


 

 Dernières partitions 
chariot%20gris3.jpg

Recueil de théâtre musical (Commedia d'ell arte) pour 9 élèves pianistes aux Editions Delatour

dix-duos-faciles-de-percussions-corporel
chariot%20gris3.jpg

Recueil de 10 duos de percussions corporelles pour le premier cycle (Editions François Dhalmann)

Commande des Rencontres Contemporaines (2017), il s’agit d’instaurer un dialogue ou une fusion entre  deux  instruments graves qui tour à tour s’imitent, se confrontent ou se fondent en un seul timbre étrange. Les nombreuses possibilités de l’instrument sont exploitées : remous de graves, registre aigu, courts glissandi, slaps, multiphoniques, flatterzunge, etc…

 

L’œuvre est dédiée à Mehdi El Hammami et Médéric Debacq qui l’ont créée en l’église de Chenereilles le 29 octobre 2017.

 Derniers ouvrages parus

musiques-dans-les-camps-nazis.jpg
chariot%20gris3.jpg

En 2010, je mettais le point final au premier ouvrage en langue française consacré à l’utilisation et à l’instrumentalisation de la musique dans l’ensemble du système concentrationnaire nazi : Survivre et mourir en musique dans les camps nazis (Editions Berg International). Depuis, j’ai poursuivi mes recherches, prononcé de nombreuses conférences et animé moult débats publics (avant-concerts, séances scolaires, concerts-lecture, etc.). Ces diverses expériences ont largement contribué à nourrir mes questionnements et m’ont permis d’approfondir et de développer un sujet qui ne manque pas de poser, encore et toujours, de multiples questions : quel rôle a joué la musique dans un tel contexte : un rôle artistique ? Historique ? Une forme de résistance ou de collaboration ? Une soumission aux bourreaux et une possibilité de survie ? Les musiciens étaient-ils privilégiés et pourquoi ? Pouvait-on sauver sa vie en jouant un air de violon ou en fredonnant une simple chanson ? La solidarité entre musiciens a-t-elle joué un rôle et lequel ? À toutes ces questions, les réponses ne sont ni simples ni univoques. Toutes les contradictions ont existées ou coexistées et, selon les périodes ou les endroits, le meilleur et le pire de l’âme humaine a pu se côtoyer, voire se juxtaposer. 

     Il ne s’agit donc pas ici d’une simple réédition du livre de 2010, mais plutôt d’une nouvelle édition, corrigée, amendée et augmentée.

couv_giner_imp-687x1030.jpg

Entretiens avec Bruno Giner par François Porcile (Editions MF, 2017)

chariot%20gris3.jpg
Derniers enregistrements

Double CD de Musique de chambre.

Label Musicub, 2017.

Kern, "K", Ten (version 1), Rauxa, Yoshihisa (in memoriam), Equis, Ambos)

                         TCP 17

   pour mandoline, guitare et harpe

"Les trois instruments percutent, crépitent et trémolent dans TCP17 de Bruno Giner, une partition dont la dimension rythmique et les recherches de timbre fibrent l’écriture. L’œuvre fait alterner gestes énergiques, travail polyrythmique et paysages sonores plus extatiques, dont les constellations semblent parfois issues d’une source électronique. Le balancement lascif de la coda exécutée par les trois instruments est rien moins que savoureux" (Michèle Tosi. Res Musica 2018)

15 novembre 2015 : 18h15. Le bourdon de Notre-Dame sonne en hommage aux victimes des attentats parisiens. Fracas émotionnel et sonore. J'entends ce glas, et, presque en même temps cet impossible hommage qui résonne à mes oreilles. Je pense à cette phrase de Charles Péguy : " Parce qu'ils n'aiment personne, ils croient qu'ils aiment Dieu"

Puisque la musique est interdite dans le Califat de la haine, alors... faisons de la musique, ensemble !